mercredi 17 janvier 2018

Obligation vaccinale : les révélations du Journal « LE MONDE diplomatique » de janvier 2018

« HISTOIRE D’UNE CONCERTATION DÉVOYÉE : Vaccinations obligatoires, le débat confisqué » est le titre du long article publié, en janvier 2018, par LE MONDE diplomatique. L’auteure de cet article est LEÏLA SHAHSHAHANI, journaliste. Dans ce long article, on peut lire notamment ces quelques extraits :

« (…)
Pour justifier sa décision, Mme Buzyn [Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé] s’appuie sur les conclusions du comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination, dont le fonctionnement a été dénoncé comme « une véritable opération de propagande (…) menée pour inciter les Français à se vacciner » par l’ancien secrétaire général de la Conférence nationale de santé Thomas Dietrich. Lors de sa démission fracassante, le 19 février 2016, ce haut fonctionnaire s’était alarmé des conséquences de l’absence de démocratie sur les questions de santé : « De plus en plus de parents renonceront à vacciner leurs enfants, prédisait-il, faute de pouvoir disposer d’une information qui ne soit pas entachée du soupçon de la partialité et du conflit d’intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques ».
De fait, l’agence de presse médicale APMNews révélait quelques mois plus tard, en décembre 2016, que trois médecins du comité d’orientation avaient déclaré des liens d’intérêts avec des laboratoires commercialisant ou développant des vaccins, et que l’un d’eux n’avait « pas mentionné une dizaine de conventions avec MSD, huit avec Sanofi et des avantages avec ces deux laboratoires et Pfizer ». Il apparaissait également que le président du comité, M. Alain Fischer, n’avait pas noté dans sa déclaration publique d’intérêts avoir reçu, en 2013, un prix Sanofi-Institut Pasteur de 100 000 euros. En outre, les conclusions présentées par celui-ci n’étaient pas le reflet de la concertation sur des points majeurs. Le jury professionnels de la santé estimait , par exemple, que « le principe d’obligation vaccinale n’instaure pas la confiance », le jugeant même « contre-productif ». Le jury de citoyens suggérait, lui, d’explorer la piste de vaccins sans adjuvant aluminique, situant cette question « au cœur de la controverse » (…) Selon l’association pour une information médicale indépendante Formindep, cette concertation constitue « un échec complet »  et traduit « un tableau alarmant de notre "démocratie sanitaire" ».
Pour justifier sa mesure, la ministre de la santé a aussi plusieurs fois évoqué « une couverture vaccinale qui ne cesse de baisser ». Mais les données officielles de Santé publique France indiquent le contraire (…)
« DES ENFANTS meurent de la rougeole aujourd’hui en France. Dans la patrie de Pasteur, ce n’est pas admissible », déclarait le premier ministre Édouard Philippe dans son discours de politique générale de juillet 2017 en évoquant les dix morts survenues entre 2008 et 2016. Le Collège national des généralistes enseignants (CNGE), pourtant farouche défenseur de la vaccination, lui a répondu : « D’autres exemples sanitaires pourtant bien plus graves n’entraînent pas à juste raison une telle posture autoritaire. » En apportant cette précision : la majorité des personnes mortes de la rougeole souffraient « d’un déficit immunitaire contre-indiquant de fait cette vaccination ».
Il n’y avait donc pas d’urgence sanitaire (…) Pourtant, le HCSP [haut conseil de la santé publique] rappelait en 2014 que « les pays européens de niveau comparable à la France obtiennent (…) des couvertures vaccinales supérieures à 90% sans obligation » (…)
(…), pour le CNGE, cette mesure « simpliste et inadaptée » contredit la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades, laquelle précise qu’« aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne ». Les généralistes enseignants craignent que l’obligation ne « renforce la défiance et la suspicion d’une partie croissante de la population » et qu’elle ne sape des années de pédagogie auprès de leurs patients. Une inquiétude partagée par le Collège de la médecine générale.
(…) Mme Buzyn affirme aujourd’hui : « Nous avons la certitude que ces vaccins sont inoffensifs. » Lise Barnéoud raconte dans son livre sur les vaccins les « minimisations hypocrites des risques » entendues de la bouche d’experts reconnus. L’acte vaccinal comporte toujours une part d’aléa, même infime. La notice d’un vaccin suffit à s’en convaincre. Ainsi, le 7 mai 2015, le HCSP suspendait la recommandation du vaccin contre le rotavirus (gastro-entérite) après « la notification d’effets indésirables graves y compris ayant pu entraîner la mort, après la vaccination, de nourrissons » Pourtant, questionner la sûreté de chaque acte vaccinal, qui est irréversible et se fait en général sur un corps en bonne santé, c’est prendre le risque d’être taxé d’« antivaccins ». Et ce rejet du débat radicalise le discours en face, qui n’échappe pas à l’irrationnel.
(…)
Dans une lettre ouverte aux députés, des généralistes estiment disproportionnée la privation de collectivité pour des enfants non vaccinés (…) Ces praticiens rappellent aussi la responsabilité des autorités dans la crise de confiance en évoquant l’emballement et la surévaluation du risque dans la gestion de l’épidémie de grippe H1N1 en 2009-2010, malgré des données rassurantes en provenance de l’hémisphère Sud (…) Le Sénat avait constaté que seulement 6 millions de doses de vaccins avaient été utilisées sur les 94 millions commandées par l’État via des contrats d’un « remarquable déséquilibre » au profit des laboratoires et d’une « légalité douteuse de certaines de leurs clauses ». Et l’ANSM [agence nationale de sécurité du médicament] avait confirmé, en 2013, un lien entre le vaccin Pandemrix utilisé dans cette campagne et l’augmentation des cas de narcolepsie, ouvrant la voie à des indemnisations par l’État.
Autre époque, autre affaire : les ratés de la campagne de vaccination massive contre l’hépatite B dans les années 1990. La communication agressive, voire mensongère, des laboratoires sur les dangers de la maladie, reprise par les pouvoirs publics (…) Puis, en 1998, face à l’augmentation de cas de sclérose en plaques rapportés à la pharmacovigilance, le secrétaire d’État à la santé Bernard Kouchner avait décidé de suspendre la vaccination scolaire (…)
Dans un autre registre, le Conseil d’État a reconnu, en 2012, un lien entre l’aluminium d’un vaccin et les symptômes de la myofasciite à macrophages, une maladie touchant les muscles et les articulations. Le professeur Romain Gherardi, spécialiste des maladies neuromusculaires, a mis en évidence cette liaison chez certaines personnes, avec une possible prédisposition génétique. Ses récents travaux ont réveillé la controverse sur la toxicité de l’adjuvant aluminique (utilisé dans les vaccins pour optimiser leur efficacité), comme ceux très récents du professeur Christopher Exley établissant un lien possible avec l’autisme (…)
Interrogée à l’Assemblée nationale le 26 juillet 2017 lors des questions au gouvernement, la ministre de la santé avait répondu : « Vous dites : "Pouvons-nous trouver des adjuvants moins nocifs ?" Mais ils ne sont pas nocifs pour la santé, tous les rapports le montrent »… (…)
Le professeur Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations, notait qu’« il est généralement admis que 1 à 10% des effets secondaires [indésirables] graves liés aux médicaments font l’objet d’une déclaration aux centres régionaux de pharmacovigilance ».
Bruno Toussaint, directeur éditorial de la revue indépendante Prescrire, confirme que « ce que l’on voit comme effets indésirables n’est que la pointe de l’iceberg ».
(…)
Comme le souligne Paolo Bellavite, professeur de pathologie générale à l’université de Vérone, la pharmacovigilance a ses limites (…).
Les effets à long terme inquiètent d’autant plus que les vaccins sont plus nombreux : 264 seraient actuellement en développement dans les laboratoires américains, selon le dernier rapport annuel de cette industrie. « Viseront-ils tous à améliorer notre santé, ou bien celle des industriels qui les commercialisent ? », interroge Lise Barnéoud. (…)
(…) les pouvoirs publics éludent la complexité du débat. Et nagent à contre-courant d’une partie de la société décidée à prendre sa part dans les choix en matière de santé. L’État passe ainsi à côté de son rôle d’arbitre censé mettre à distance tout intérêt privé dans la prise de décision, générant ses propres scandales. Les inquiétudes sur les vaccins ne pourront être levées qu’après un examen démocratique de tous les éléments scientifiques sur la base du principe de précaution. Hélas, noyée dans un vaste débat sur le budget de la Sécurité sociale, la question vaccinale n’aura été qu’effleurée par la nouvelle assemblée. Pour être vite enterrée par le gouvernement. (…) »

Le secteur des vaccins : « Un marché dynamique » en « milliards d’euros » selon LE MONDE diplomatique





Action du CTIAP du centre hospitalier de Cholet : saisine de l’ANSM et de la HAS suite à la nouvelle, et troublante, publication de l’équipe du professeur Christopher Exley

Ce jour, j’ai porté à la connaissance de l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament) et de la HAS (haute autorité de santé), notamment, le récent article (cité par LE MONDE diplomatique, cf. ci-dessus) dont les conclusions sembleraient établir un « lien possible » entre l’aluminium et l’autisme. Cet article, accessible en ligne, est le suivant :
Christopher Exley, Andrew King, Matthew Mold et Dorcas Umar, « Aluminium in brain tissue in autism », Journal of Trace Elements in Medicine and Biology, vol. 46, Elsevier, Amsterdam, mars 2018 (en ligne depuis le 26 novembre 2017).
J’ai ainsi souhaité connaître l’avis de l’ANSM et de la HAS sur les conclusions de cet article.
Je ne manquerais pas de vous faire part de leurs éventuelles réponses.
                                          
Place des opinions minoritaires : un rappel

Je ne peux qu’inviter le lecteur à revoir l’intégralité de ce point déjà relaté dans l’article, relatif à l’« affaire du MÉDIATOR® », intitulé : « Cinéma, film et débat. « La fille de Brest » : résumé de l’intervention du 9 janvier 2018 ». Voici un extrait :
« (…) Dès lors qu’il existe dans la communauté scientifique de l’époque même seulement une voix isolée (qui, comme l’histoire de la science l’enseigne, pourrait devenir avec le temps l’opinion commune), soulignant le défaut et/ou le danger potentiel du produit, son fabricant ne se trouve plus face à un risque imprévisible, en tant que tel étranger au champ d’application du régime imposé par la directive. (…) » (Le Ministère Public)

Question concernant les personnes nées avant le 1er janvier 2018

En France, les enfants nés à compter du 1er janvier 2018 ont désormais l’obligation de se faire vacciner avec les 11 vaccins ; ils auront donc une composition des vaccins adaptée à cette obligation (je suppose).
Mais, quoi répondre aux parents dont les enfants sont nés, par exemple, le 30 décembre 2017 qui ne voudront vacciner leurs enfants que par le vaccin DTP (diphtérie, tétanos, poliomyélite) qui est le seul vaccin obligatoire pour eux (si j’ai bien compris) ? Auront-ils accès à un vaccin ne contenant que ces 3 valences (conformément à la décision rendue le 8 février 2017 par le Conseil d’État) ?
Et concernant la situation des adultes : auront-ils accès à une composition des vaccins adaptée aux injections de rappel ?

Autre question

À ce rythme, le dépistage obligatoire des maladies infectieuses, et contagieuses, serait-il rendu, un jour, obligatoire lui aussi ?


N.B. : Obligation vaccinale, les précédents articles du CTIAP du centre hospitalier de Cholet















Aucun commentaire:

Publier un commentaire